14 blocs sanitaires Francioli installés à Grenoble

Présentation du client

14 blocs sanitaires Francioli installés à Grenoble

La ville de Grenoble installe 14 nouveaux sanitaires Francioli

Problématique du client 

Afin de renforcer la politique de propreté urbaine, le maire de Grenoble a décidé de changer de prestataire pour l’installation et l’entretien des sanitaires de la ville. Il nous a donc choisi pour la mise en place et l’entretien hebdomadaire des sanitaires.

La ville de Grenoble a souvent été attaquée sur la propreté de ses rues. Pour lutter contre ça, le maire Éric Piolle et la ville de Grenoble ont décidé d’installer 14 de nos blocs sanitaires, plus écologiques et plus accessibles que les précédents.

Pourquoi les blocs sanitaires Francioli ?

La ville de Grenoble a choisi nos blocs sanitaires, car ceux-ci présentaient de nombreux avantages :

  • Plus écologique grâce à une meilleure gestion de l’eau. Les réservoirs étant plus petits et la pression étant meilleure, les sanitaires publics consomment moins d’eau.
  • Meilleure accessibilité. La ville de Grenoble a tenu à ce que tous les blocs sanitaires soient gratuits et accessibles à tous. Les 14 sanisettes installées sont donc adaptées aux personnes à mobilité réduite (PMR).
  • Plus propre. Auparavant, les sanitaires n’étaient nettoyés qu’une à trois fois par semaine. Désormais, il est prévu que le service de maintenance, confié à Protecsan, soit effectué 5 à 11 fois par semaine.

Ces toilettes publiques dernier cri peuvent être gérées à distance afin de garantir la sécurité des usagers, mais aussi de pouvoir gérer la consommation d’eau de chaque sanitaire.

 

 

Vous êtes intéressés par nos blocs sanitaires en béton ? N’hésitez pas à nous contacter !

Témoignages

"Les sanitaires sont plus faciles à entretenir. Les réservoirs d'eau sont plus faibles avec une meilleure pression ce qui nous permettra de consommer moins d'eau. Parmi les 42 000 mètres cubes d'eau dépensés par la ville uniquement pour les sanitaires publics, une bonne partie est due à des fuites"

Antoine Back